C’était ouf !

Il y a un an jour pour jour, Vérino montait sur les planches de l’Olympia… Souvenirs…

Dimanche 13 janvier 2013 : Vérino a réussi son pari, celui de remplir en 50 jours l’Olympia grâce à ses amis humoristes et ses fans qui ont décidé de devenir son agence de communication pour l’occasion.

La sonnerie de l’Olympia retentit, les spectateurs rejoignent leur place, la salle est pleine à craquer. Chez les 2000 personnes, chauffées à bloc grâce à la première partie réussie de Greg Romano, l’impatience se fait ressentir. On tape des pieds, on attend pratiquement l’arrivée du Messie (avec un peu plus de barbe, ça pourrait presque le faire ;-) ), les spectateurs bouillonnent lorsque le rideau s’ouvre…
Une musique solennelle nous hérisse les poils. Les projecteurs s’allument et illuminent la scène… Au centre, Vérino est présent ; il semble terrorisé ou sous le choc des ovations ! 2000 personnes se lèvent !

« On m’avait dit, tu verras le premier jour où tu joues ton spectacle à l’Olympia, ça va être le plus beau jour de ta vie. »

Quelques mots d’introduction avant de débuter son spectacle pour nous faire part de son émotion, de sa joie, de sa folle envie de jouer pour nous ce soir et puis c’est parti pour 1h30 de folie !

On reste émerveillé par son aisance sur scène, même avec 10 fois plus de spectateurs. On reste subjugué par le personnage, ayant une capacité à monter en sauce une histoire à partir d’un fait ou d’un objet banal de la vie de tous les jours.

Il a ce talent de nous emmener dans ses histoires, de nous les faire vivre par ses mots et ses gestes. Le spectateur a alors la capacité de visualiser la scène, que ce soit chez Zara, sur le lac gelé avec Kiki, ou lui dans sa cuisine à 4h du matin, enroulé dans sa couverture kaki, celle qui est moche, qui gratte et qui pue le vomi…

Il a ce talent d’aller chercher et mettre en lumière les détails du quotidien, jouer sur nos émotions, nous émerveiller par son jeu d’acteur, ses gestes, ses mimiques, ses intonations qui lui sont propres et qui rendent le propos savoureux…

Malgré la puissance de son jeu et l’assurance qu’il nous fera rire, Il a ce talent à rester humble, avec les yeux qui brillent, fier sur scène de nous communiquer sa folie…

« J’ai pris des pieds monstrueux, mais celui-là, il est magique »                                              

A la fin de son one man show, Vérino nous remercie « infffffffiniment » (avec toute sa sincérité), dix fois, cent fois, mille fois de l’avoir aidé à pouvoir se produire dans cette salle mythique. Ce ne sont plus des applaudissements de fin, mais une ovation. Vérino, la tête relevée, les yeux fermés, savoure ce moment unique et magique… Il profite encore quelques instants de ce bain d’amour, nous salue puis disparait.

On reste sous le charme de ce professionnel du rire qui sait rebondir, improviser, donner de sa personne en cherchant par tous les moyens à faire naître le rire, les éclats de rire, voire les applaudissements. Il le dit lui-même, arriver à faire rire, c’est son rêve. Son rêve a été exaucé ce soir là à l’Olympia !

Plus d'articles
Vous avez vu les dernières photos ?
X